Vitrail de Kim En Joong

Dominicain et... peintre !

Un artiste de renom, Kim En Joong, dominicain et peintre, exposera ses vitraux au cloître de Saint-Ursanne, du 21 août au 3 octobre 2021.

Kim En Joong est un père dominicain et un peintre coréen né à Pooyo (Corée du Sud) en 1940, sous l'occupation japonaise. En 1946, la famille de Kim En Joong s'installe à Taejon. C'est là que le garçon découvre, à l'âge de six ans, la couleur dans les imprimés abandonnés par les Japonais qui viennent de quitter la Corée1. De 1947 à 1959, il fait ses études dans cette ville jusqu'au lycée, et il commence à pratiquer la calligraphie. À dix sept ans, il suit les cours libres de dessin du lycée et il prépare le concours d'entrée à l'école des beaux-arts de Séoul où il est admis en 1959.

Ses études supérieures sont troublées par l'agitation qui règne chez les étudiants des beaux-arts en 1960, mais aussi parce qu'il doit se plier à la préparation très dure du service militaire, à l'école même1. Il est mobilisé en 1963 comme lieutenant d'infanterie. Malgré les bons rapports qu'il entretient avec les soldats, cette guerre et la séparation de la Corée en deux parties le font beaucoup souffrir. De retour du front, il reprend la peinture avec la nature pour thème principal : oiseaux, fleurs, etc.
Libéré des obligations militaires en 1965, il obtient un poste d'assistant en cours de dessin du petit séminaire catholique de Séoul où il découvre le catholicisme. Il est baptisé en 1967.

Arrivée en Europe en 1969
D'abord étudiant en philosophie en Suisse, puis novice au couvent des dominicains de Fribourg, il est encouragé dans la religion catholique et soutenu dans son talent de peintre par les pères Pfister et Geiger, qui lui conseillent d'aller à Paris et facilitent son transfert pour continuer sa vie d'apostolat et d'artiste peintre. Il est ordonné prêtre en 1974 et il est assigné au couvent de l'Annonciation, à Paris en 1975, où il vit et travaille.

5 juillet 2021
  • Jura bernois
  • Actualités