"Résurrection", Otto Dix / ldd

Jésus sourit !

Il y a quelques années, j'ai visité une exposition au Musée Unterlinden à Colmar. Elle avait pour ambition de mettre en parallèle la pièce maîtresse des collections du musée, le Retable d'Issenheim, chef-d'oeuvre de Matthias Grünewald, un peintre du 15e siècle né probablement à Würzburg, avec différentes œuvres expressionnistes d'Otto Dix (1891-1969). Ce dernier, également allemand, a dû combattre durant les deux guerres mondiales, qui l'ont durablement marqué par leur violence. Plusieurs de ses œuvres ont été qualifiées plus tard d'"art dégénéré" par le régime nazi, certaines interdites d'exposition, d'autres carrément détruites.

Fait prisonnier quelques mois en 1945, Otto Dix est interné à Colmar. Un officier allié le reconnait et lui permet de pouvoir peindre durant sa captivité. Otto Dix profite aussi de découvrir le Retable de Grünewald, œuvre qui le marqua profondément. Cela lui inspira de nombreuses créations dans les années qui suivirent. L'une d'elles me parle particulièrement pour ce mois de novembre, automnal, souvent associé à la mort... d'autant plus en cette quasi fin d'année si particulière... Elle s'appelle Résurrection, peinte en 1949. Une multitude d'anges et d'autres personnages aux teintes joyeuses et chaudes, certainement inspirés de la vision de Jean dans l'Apocalypse, entoure la scène centrale, majestueuse. Et, tel l'ange de Reims, Jésus sourit ! Il a pourtant encore un pied dans son tombeau de laideur et de souffrance...

A la Toussaint nous écouterons Paul : "Bien-aimés, voyez quel grand amour nous a donné le Père pour que nous soyons appelés enfants de Dieu - et nous le sommes." Puis Jésus, à l'issue des Béatitudes, ajoutera : " Réjouissez-vous, soyez dans l'allégresse, car votre récompense est grande dans les cieux ! "
Les deux dimanches après, Paul précisera : " Jésus, nous le croyons, est mort et ressuscité ; de même, nous le croyons aussi, ceux qui se sont endormis, Dieu, par Jésus, les emmènera avec lui". "Frères, comme vous n'êtes pas dans les ténèbres, ce jour ne vous surprendra pas comme un voleur. En effet, vous êtes tous des fils de la lumière, des fils du jour ; nous n'appartenons pas à la nuit et aux ténèbres."

Puissions-nous sortir nous aussi, malgré tout, de nos tombeaux de peurs, d'incertitude et de méfiance, pour nous laisser toucher par l'espérance de la Parole de Dieu, pour témoigner avec conviction et enthousiasme de la Bonne Nouvelle. Notre humanité est déjà appelée à la Lumière et au Salut, par Celui dont nous n'avons rien à craindre...

Abbé François-Xavier Gindrat

1 novembre 2020
créé par Abbé François-Xavier Gindrat
  • Jura bernois
  • Actualités