L'administrateur de la paroisse, Pascal Bord / ldd

La crise COVID a-t-elle touché notre paroisse ?

Le coronavirus a eu des répercussions sur notre société. Qu’en est-il de la paroisse ? Explications de son administrateur, Pascal Bord.

La COVID a apporté beaucoup de souffrance, des êtres chers nous ont quitté, d’autres ont souffert dans leur chair et leur âme, prions pour eux.
Même si les activités paroissiales ont été fortement réduites, les églises sont restées ouvertes, nos pastoraux sont restés en contact spécialement avec nos ainés. Certains employés ont eu plus de travail, d’autres ont pu préparer l’année pastorale prochaine et rattraper des tâches en retard. La paroisse a fait preuve de responsabilité sociale en garantissant les revenus de tous les employés.

Quelles sont les perspectives financières pour la paroisse ?
A l’image des Cantons et communes, la paroisse finance ses activités grâce aux impôts. Nous nous attendons à des retards de paiement des impôts en 2020. La crise économique a touché les entreprises et les personnes physiques qui, globalement, verront leurs gains en 2020 diminuer et paieront moins d’impôts en 2021. L’année prochaine sera donc difficile pour notre paroisse avec une baisse attendue de 20% d’impôts, soit environ CHF 1.5 mio sur la base des prévisions. Un budget avec des fortes mesures d’économie, spécialement pour les bâtiments, et surtout grâce aux provisions faites les années passées, vont permettre de limiter la perte prévisible, sans réduction de personnel, ce qui est très important à mes yeux. Je pense que ceux qui ont émis des réserves sur la politique budgétaire prudente se rendent compte, aujourd’hui, que des licenciements auraient été nécessaires sans ces réserves. La paroisse passera le cap, mais l’économie doit reprendre pour garantir l’emploi et donc les impôts paroissiaux à l’avenir.

Quel profit tire la paroisse de vos engagements politiques au Conseil de Ville, au Parlement de l’Eglise nationale?
Notre paroisse n’est pas une île. Elle dépend du Canton et de la Ville, des flux financiers avec l’Eglise nationale. Pour défendre au mieux les intérêts de la paroisse, il est important d’être directement actif dans ces organes. Prenons p.ex. la révision de loi sur les impôts: la collaboration entre les Villes, les paroisses pour obtenir une part du montant fédéral versé au Canton, mais également réduire les pertes fiscales. Ceci représente pour nous plusieurs dizaines de milliers de francs chaque année.

Si donc vous souhaitez que les intérêts de la paroisse et des valeurs chrétiennes soient bien défendus, allez voter le 27 septembre!

Interview angelus

24 septembre 2020
créé par Interview angelus
  • Jura bernois
  • Actualités