Photo : incendies en Australie / futura-sciences.com

L'Apocalypse écologique

La Terre, notre " maison commune " est menacée. Elle nous a pourtant été confiée...

Réchauffement climatique, fonte des glaciers, forêts ravagées, inondations, migrations climatiques, épuisement des ressources naturelles, pollution, extinction des espèces... Scénario catastrophe ? En dépit des dires des écolo-sceptiques, agacés par le sujet, les constats et les chiffres sont là : la Terre va mal. Pourtant, du climat, on en parle ! On ne fait même que ça. Les Conférences internationales sur les changements climatiques, organisées par les Nations Unies, se succèdent, décevantes. La prochaine, la COP26, se tiendra à Glasgow, du 9 au 19 novembre 2020. La montagne, une fois de plus, accouchera-t-elle d'une souris ?

Bravo les jeunes !
La jeune militante suédoise Greta Thunberg, icône du combat écologiste, a mis le feu aux poudres. Entendue, applaudie et suivie par une grande partie de la jeunesse, l'adolescente " donneuse de leçons " s'est également fait détester. Sa véhémence, son outrecuidance et le fait qu'elle soit à la fois jeune, femme, et atteinte d'autisme de surcroît... horripilent ! Nouvelle Jeanne d'Arc de l'écologie ? Sans aller jusque-là, il faut bien avouer qu'elle a déclenché, précipité plutôt, un mouvement qui était sous-jacent. Prises de position musclées, appels à prendre part à la Grève du climat, participation active aux WEF, et même une brève rencontre, en avril 2019, avec le pape François, qui l'a encouragée à poursuivre son engagement.
Si personne ne s'insurge, encourant le risque de déranger et de se faire haïr, qui fera bouger les choses ? Que restera-t-il de cette Terre, léguée en héritage, de génération en génération ? Les jeunes, par-delà leurs incohérences et les nôtres, ont raison de la défendre, de nous bousculer tous, d'avoir l'audace d'une sainte révolte qui nous appelle au changement. Oui. D'autres manières de vivre, de travailler, de se déplacer, de consommer. Des actes à poser pour chacun de nous, là où il est. Tous concernés.

" Loué sois-tu, pour sœur notre mère la Terre "
L'Eglise a puissamment aidé, elle aussi, à cette prise de conscience. L'encyclique du pape François, " Laudato si " (2015), a rappelé quelques principes de base et mis en exergue des préoccupations parfois oubliées. Le Saint-Père y évoque une " écologie intégrale " qui embrasse dans un même regard, une même action, l'écologie environnementale, l'écologie économique et l'écologie sociale. Tout est lié. Une " écologie de la vie quotidienne " résume-t-il encore. Les jeunes de partout, eux, l'ont compris : leur pain quotidien ne saurait se vivre sans prendre soin de la Création. (CE)

10 février 2020
créé par Chr. Elmer
  • Jura bernois
  • Actualités