Photo : internet / guiainfantil.com

" Nos enfants se sont éloignés de Dieu ! "

Pour des parents chrétiens, quelle souffrance de constater que leurs enfants adultes se sont éloignés de la pratique religieuse...

A fin octobre, un article de Stéphanie Combe était mis en ligne sur Aleteia. Il s'adressait à tous les parents dont les enfants, devenus adultes, se sont éloignés de Dieu. Comment les accueillir et les aider à revenir vers Dieu, sans les faire fuir ? " Qu'avons-nous fait de faux ? Comment croire que Dieu ne représente plus rien à leurs yeux, quand Il est tout pour nous ? " Culpabilité, chagrin... " J'ai le cœur brisé. Mes quatre fils ont cessé de pratiquer. Mes petits-enfants n'entendent jamais parler de Dieu ! Si je parle du Christ, mes enfants s'enferment et me tiennent à distance ; si je ne dis rien, je suis tellement malheureuse de ne pas pouvoir partager le seul trésor qui pourrait les aider ", soupire cette mère. Un père confie qu'à Noël, les enfants s'arrangent pour aller dans leur belle-famille, évitant ainsi la messe de Minuit...

Développer une écoute bienveillante
Certains ne vont plus à la messe, sans renier pour autant leur foi. D'autres s'interrogent sur l'existence de Dieu, mais sans hostilité envers l'Eglise. Faire baptiser et catéchiser leurs enfants ne les dérange pas. Et puis, il y a ceux qui affichent une aversion violente envers Dieu, la pratique et l'Institution. Aborder le sujet en famille n'a donc rien d'évident. Une invocation à l'Esprit-Saint aide parfois à retenir une remarque cinglante, à trouver les mots justes pour se positionner, voire demander un respect mutuel. Il s'agit de cultiver l'écoute et la bienveillance et de s'interdire de " bondir ".

Le sens de la vie
Parmi les arguments invoqués par ces adultes qui se sont distancés de l'Eglise, on retrouve souvent la question du mal dans le monde, le mariage des prêtres, l'homophobie de l'Institution, la morale sexuelle prônée par l'Eglise... Tout y passe. Il s'agit parfois d'un décès non accepté, d'une prière non exaucée, d'une blessure imputée à Dieu... Autant de raisons qui renvoient à la question du sens. Quel bonheur recherche-t-on ? Quelle est notre part de responsabilité personnelle dans tout ce qui nous arrive ? Quelle image de Dieu et de l'Eglise cultive-t-on ? Quels sont les obstacles qui nous empêchent de passer d'une foi formelle, inculquée, à une foi vibrante, incarnée dans le quotidien ; qui agit en nous, interagit et fait vivre ? Voilà les vraies questions ; voilà le vrai débat intérieur à poser.

Aleteia / S. Combe / Adaptation : Chr. Elmer

19 novembre 2020
créé par S. Combe / Aleteia
  • Jura bernois
  • Actualités