Soleil de plomb sur toit de cuivre... / Chr. Elmer

Un certificat énergétique pour l’église !

Après sept semaines de travaux, ça y est : le toit de l’église Notre-Dame de l’Assomption, à La Neuveville, est flambant neuf.

Après sept semaines de travaux, ça y est : le toit de l’église Notre-Dame de l’Assomption, à La Neuveville, est flambant neuf.

Erigée en 1954, l’église catholique de la Rue des Mornets 15, à La Neuveville, n’avait jusqu’ici jamais connu de gros travaux d’entretien sur la toiture. Cependant, suite à de sérieux problèmes d’humidité, il a été décidé, en 2020, de procéder à la réfection totale du toit. « Nous avons reçu plusieurs offres, explique Andrea Olivieri, responsable des bâtiments pour la Paroisse. Nous avons choisi celle qui proposait le maintien de la couverture en cuivre, comme à son origine, ainsi qu’une toute nouvelle charpente. »

D’une pierre deux coups

Un toit remis à neuf, certes, mais pas seulement pour des questions de salubrité ou d’esthétique. Profitant des travaux, on a prévu d’augmenter l’efficacité de son isolation permettant, du coup, une belle économie énergétique. « Et puis, poursuit Andrea Olivieri, puisque nous avions des échafaudages, nous avons trouvé opportun de changer encore les stores devant les vitraux. »

Des travaux d’envergure, qui étaient des plus nécessaires, pour une enveloppe budgétaire des plus justifiées. « Suite à ces travaux, un Certificat énergétique cantonal des bâtiments sera établi pour l’ensemble du bâtiment dans le but d’optimiser sa qualité thermique », conclut le responsable des bâtiments. Tout comme la présidente de la Paroisse, Carmen Villaverde, il se dit ravi des résultats des travaux et espère que la communauté se réjouira elle aussi du lifting intelligent et approprié apporté à son église.

Propos recueillis par Christiane Elmer