Le savez-vous ?

Journée de prière des femmes

La Journée mondiale de prière (JMP) des femmes est un mouvement international de femmes issues de toutes confessions chrétiennes. Le mouvement organise chaque année, dans le monde entier, le premier vendredi de mars, une « Journée de Prière ». Elle est célébrée à ce jour dans 170 pays différents. Chaque année, des femmes d’un pays et d’un continent différents préparent la célébration, choisissent les textes et rédigent les prières.

Une nouvelle église catholique pour les neuvevillois

Avant la Réforme, La Neuveville formait paroisse catholique. En plus de la Blanche Église quatre autres lieux de culte existaient, notamment la chapelle intra-muros dédiée à Sainte Catherine (le café théâtre actuel). En 1530 tous ces lieux de culte  passèrent aux mains des réformés. Les catholiques ne célébrèrent à nouveau leurs messes à La Neuveville qu’au milieu du XX siècle, tout en dépendant officiellement de la paroisse de Bienne. Dès 1947, un vicaire de Bienne l’Abbé Barthoulot fut chargé des catéchismes à La Neuveville et vint y célébrer la messe tous les 15 jours. La première messe fut célébrée dans la salle du Musée (Centre des Epancheurs et cinéma actuel) jusqu’en septembre 1953. Ensuite les offices se sont tenus à la Blanche Eglise mise à disposition provisoirement par la paroisse réformée. Le 20 janvier 1948, la messe fut célébrée tous les dimanches par l’abbé Jean Nicod. Dans un article paru à l’époque, l’Abbé Germain Girard premier curé à La Neuveville, après la réforme, disait de lui - Bien des paroissiens n’ont pas encore oublié le  petit vicaire d’alors arrivant sur une moto passablement  essoufflée (la moto et lui - même) pour dire la messe ou faire un  catéchisme, les mains pleines de cambouis, car la machine à cette époque lui jouait souvent de vilains tours.-   sans quoi rien ne pu être possible. L’Abbé Nicod allant jusqu’au bout de son engagement, fit aussi parti du Comité de surveillance des travaux de la nouvelle Église. Sans conteste, l’ Abbé Jean Nicod grâce à sa persévérance fut bien l’ardent initiateur d’une nouvelle Église catholique pour les Neuvevillois !

56 ans plus tard, « Notre-Dame de l’Assomption » c’est ainsi qu’elle se nomme est toujours là pour accueillir paroissiens et voyageurs unis dans la prière et la méditation, ou tout simplement quelques amateurs de vitraux qui ne sauraient manquer ceux crées pour notre belle maison d’Eglise par l’artiste Isabelle Tabin- Darbellay.

MP