cath: berne

Rencar

Le Rencar

Un camping-car comme espace de rencontre et d´accueil mobile

Jean-Charles Mouttet et Isabelle Wermelinger devant le "Rencar". (Photo: Pascal Tissier)

Camping-car transformé en espace de rencontre et d´écoute, le "Rencar" a été lancé le 1er mars 2012 sur les routes du Jura et du Jura bernois. Il stationnera six jours sur sept devant des hôpitaux, des prisons ou sur des espaces publics. Ce projet, inédit en Suisse romande, a été initié par Jean-Charles Mouttet, responsable du Service d´aumônerie prisons psychiatrie addictions Sida (SAPPAS) du Jura pastoral.

"Investir dans des cathédrales, c´est du passé!" s´est exclamé l´abbé Jean-Jacques Theurillat, vicaire épiscopal pour le Jura pastoral, lorsque Jean-Charles Mouttet est venu, il y a un an, lui exposer son idée de créer un lieu d´accueil itinérant pour les personnes marginalisées. "Si le concept suscite de l´enthousiasme, on trouvera de quoi le financer", avait alors déclaré l´abbé.
Treize mois plus tard, après avoir consulté toutes les institutions concernées, réalisé une étude de faisabilité et obtenu le crédit nécessaire de la Collectivité ecclésiastique cantonale catholique-romaine de la République et Canton du Jura (CEC), Jean-Charles Mouttet a présenté officiellement son nouvel outil de travail, le 1er mars.
Unique en Suisse romande, le "Rencar" est un camping-car transformé en lieu de rencontre et d´écoute. Il accueille gratuitement et confortablement tous ceux qui souhaitent partager - en toute confidentialité - leur vécu ou les tracas de leur vie.

Pas de prosélytisme religieux
"Cela fait maintenant sept ans que je suis engagé au SAPPAS, que je visite les marginalisés dans les institutions psychiatriques ou carcérales du Jura et du Jura bernois. La dépendance, la privation de liberté, les maladies psychiques et mentales sont des réalités de vie qui sont ´enfermantes´, ´stigmatisantes´ ou ´marginalisantes´. Mais il faut aussi tenir compte de la problématique qui touche les proches concernés par ces formes de marginalisation et à qui il y a aussi un soutien à offrir", souligne Jean-Charles Mouttet.
Ordonné diacre en septembre 2011, à Vicques, il insiste sur le fait que le prosélytisme religieux n´a pas sa place dans "son" "Rencar": "On ne va pas dans les institutions ou dans des espaces publics pour faire de l´évangélisation. On n´est pas là pour vendre des chapelets. Ce projet doit garder son indépendance. Il ne doit être animé que dans le respect et la tolérance. Il sera un témoignage au milieu d´un monde chrétien, une rencontre de l´être humain." Et de préciser: "Le ´Rencar´ est une prestation en soi, qui fonctionne en marge des activités du SAPPAS. Il est ouvert à tous. C´est aussi pourquoi les initiales du service d´aumônerie n´apparaissent pas sur le véhicule."

L´appui de bénévoles
Pour mener à bien la mission du "Rencar", Jean-Charles Mouttet peut compter sur l´appui de trois accompagnantes professionnelles. Il s´agit d´Isabelle Wermelinger (aumônier), de Michelle Schaller (aumônier) et de Soeur Ancilla Anderrüthi. Une bonne vingtaine de bénévoles, de religions différentes, se sont aussi engagés pour conduire ou accompagner le "Rencar" dans ses déplacements.
Chaque semaine, le camping-car sera stationné devant l´hôpital psychiatrique de Bellelay (lundi après-midi et mardi matin), aux abords des prisons de Moutier (mardi) et de Porrentruy (samedi matin), devant l´Unité hospitalière médico-psychologique (UHMP), à Delémont (jeudi matin), et devant le TransAT, à Porrentruy et à Delémont (en alternance). Il stationnera également sur des espaces publics, notamment à Moutier, à Reconvilier, ou devant la gare de Delémont (le mercredi après-midi).
Selon Jean-Charles Mouttet, le planning du "Rencar" n´est pas définitif: "Il va certainement évoluer au gré des besoins. Il faudra peut-être réduire notre présence dans les institutions pour l´augmenter dans les espaces publics, ou le contraire. L´avenir nous le dira. On fera un bilan à Noël".

Pascal Tissier, Service d´information catholique du Jura pastoral