cath: berne

article

Leonardo Maddamma / Chr. Elmer

La joie de servir

Depuis août 2018, Leonardo Maddamma est membre du Groupe pastoral francophone. Il occupe le poste d'animateur jeunesse, aux côtés de sa collègue Corinne Thüler.

" Dans mon travail auprès des jeunes, j'espère pouvoir témoigner de la joie de l'Evangile et transmettre cette foi que l'on professe. Cela n'est possible qu'avec le concours de toutes celles et ceux qui m'entourent. Moi, je ne suis qu'un canal parmi d'autres " confie Leonardo Maddamma, 33 ans. Et pourtant... Et pourtant, que de chemin parcouru depuis son départ d'Italie et son arrivée en Suisse, en 2010. Découverte d'une autre langue, d'une culture différente, de milieux professionnels aussi divers qu'exigeants. Jeune, et cependant détenteur d'une longue vie, déjà. Enjoué, Leo, et pourtant presque grave, parfois. En filigrane, toujours, la même foi, mûrie au fil du temps, en un Dieu qui ne cesse de croire en nous et nous espère debout.

Après avoir travaillé dans la construction, la restauration et l'événementiel, Leonardo a connu une période de chômage. " C'est là que j'ai eu l'opportunité de faire un apprentissage d'assistant en soins et santé communautaire au home Montagu de La Neuveville ". En 2017, on lui décerne le prix du meilleur apprenti dans le domaine de la santé sociale. Une expérience riche en humanité qui, en le confrontant quotidiennement à la souffrance des personnes âgées, l'amène à s'interroger. " Il y a une telle souffrance spirituelle, tissée de peurs, de regrets, de manques de pardon... cela m'a donné envie d'approfondir ma foi. Face à la détresse de ces aînés, j'ai eu envie de me tourner vers " la source ", du côté des jeunes, sans prétendre sauver personne. "

En proie aux difficultés du quotidien, pétri de doutes, de questionnements et de tentations, Leonardo se rend compte que ce combat le porte à l'empathie. " Que ce soit en famille ou au travail, nous avons tous à lutter contre ces zones d'ombre en nous et à y accueillir la lumière. Les blessures, les limites de l'autre me renvoient immanquablement aux miennes, et vice versa. Sans l'amorce d'un vrai dialogue, chacun reste emmuré dans son non-dit. Impossible alors de se parler en vérité et de se pardonner. Mais se parler exige que l'on prenne du temps. Un temps précieux dont nous ne devrions pas faire l'économie ".
Engagé au service de l'Animation jeunesse, Leonardo terminera en juin un parcours de formation théologique appelé Barnabé. " Nous sommes au service de Dieu et au service les uns des autres. Là est le vrai amour ; le travail devenu mission ".

Propos recueillis par Christiane Elmer

18 février 2019
  • Jura bernois
  • Actualités